Rencontre Comite technique Countrystat

17/10/2012

L'objectif de l'atelier a été de rassembler les données statistiques au niveau régional, de les lier à leurs métadonnées, de discuter sur leur niveau de fiabilité et d'harmoniser les outils et formats de présentation en vue de mettre les informations à la disposition du grand public dans le site de Countrystat.

L'atelier a été organisé en plénière. Chaque structure a eu à présenter ses données. Les discussions ont porté sur les méthodologies de collecte, la représentativité des données au niveau national ainsi que sur les données manquantes. Les exposés ont porté sur ces trois axes qui conditionnent l'opérationnalité du Countrystat qui se veut un plateau exhaustif dans la gestion des données et une source fiable dans l'exploitation de ces instruments essentiels pour le développement. Il a débouché sur une recommandation forte portant sur la nécessité d'avoir un financement pour mener une étude sur la situation des marchés afin d'évaluer le niveau des stocks et l'appui des points focaux pour améliorer les systèmes de collecte. Une meilleure prise en compte des produits horticoles a également été recommandée.

Ainsi, au chapitre des présentations, l''ISRA a exposé les données sur la production et la commercialisation de semences prébase pour la campagne 2009 de même que les superficies des différentes stations de l'ISRA et les rendements. La DGPRE a présenté l'Etat des ressources en eau disponible au niveau du Sénégal. Il s'agit des eaux de surface (lacs, fleuves et bassins) et les eaux souterraines constituées par les nappes dont les nappes superficielles, les nappes intermédiaires et les nappes profondes. Les potentialités de chaque nappes ont été présentées ainsi le suivi de la recharges de ces nappes. Les ressources en eau mobilisables pour l'agriculture sont aussi estimées chaque année avec les stations installées au niveau des bassins.

La Direction de l'agriculture a présenté les quantités de semences distribuées par région et par spéculation. Ces données sont disponibles pour la campagne 2008/2009 et la campagne 2009/2010. Le dispositif de collecte et de distribution de ces engrais a aussi été présenté. La difficulté à collecter les données sur les semences a ainsi été soulignée. En effet il est difficile de distinguer pour une superficie ensemencée, les quantités conservées pour réserves personnelles et les quantités réellement utilisées pour la Culture.

La Direction de l'Horticulture a présenté les productions horticoles (maraîchage et arboriculture) par région et par zone. Dans le cadre de la collecte de ces données, seules les principales zones de production ont été ciblées.

Quant à la DPV, elle a présenté les données sur les superficies prospectées, infestées ainsi que les traitements avec les différents types (par avion, par les UPV, par CLV) et les régions. Les quantités de pesticides utilisées par formulation (ULV, concentrés émulsifiables liquides concentrées, poudres pour poudrage et les biopesticides) et par régions. Les données liées à la campagne de lutte contre les criquets pèlerins ont aussi été présentées.

Les Directions des pêches maritimes et continentales ont, elles aussi, exposé leur système de collecte et présenté les données sur les produits halieutiques débarqués par espèce, par année, par région et par département.

De son coté, le CSA a exposé, en plus de sa méthodologie, les données sur les prix à la consommation et au producteur des céréales et des légumineuses par région suivant les mois

La Direction des Eaux et Forêts à présenté les produits de cueillette, les objets d'artisanat, les produits ligneux contingentés et non contingentés, les feux de brousse et le reboisement. La Direction des Parc Nationaux (DPN) a, quant à elle, renseigné sur les effectifs des animaux sauvages dans les parcs nationaux par site.

La Direction de l'Analyse, de la Prévision et des Statistiques(DAPS) a, de son coté, présenté les données de production et Superficies pour toutes les spéculations (arachide, mil, niébé, sorgho, riz, mais, coton, sésame.) au niveau régional pour toutes les régions du Sénégal.

Pour le cas DPEE, elle est chargée des études économiques et des prévisions à court et moyen terme pour permettre aux décideurs d'anticiper sur les mesures.

A l'issue des travaux, les participants ont émis un certain nombre de recommandations à l'endroit du Secrétariat de Country Stat à savoir : impliquer l'Agence nationale de l'aquaculture pour avoir les données sur les productions aquacoles, se rapprocher de la DISEM pour avoir des informations sur les semences sélectionnées, semences communautaires, du centre de développement horticole pour avoir des informations sur les semences horticoles, de l'ISRA pour les Semences de base, pour avoir la carte variétale, du CRODT/ISRA pour toute information utile sur la pêche, du Bureau d'Analyses Macroéconomiques (BAME) de l'ISRA pour toute information utile sur la foresterie, la faune et du Laboratoire National de Recherches sur la Production Végétale( LNRPV) pour l'identification de la nature des engrais et du CSE pour le projet valeur. A l'endroit de l'ISRA, il a été recommandé de se renseigner si l'information sur les productions de semences prébase existe sur une longue série.

A l'endroit du CSA, il a été demandé de mettre à jour les informations pour 2009 et 2010 et pour les Eaux et Forêts, de mettre à jour les données sous format indiqué, rassembler les informations mensuelles de 2002 à 2009 et de faire un deuxième tableau regroupant les données régionales pour 2008 et 2009.

A la DA, il est recommandé de se renseigner sur les noms scientifiques des engrais pour un souci de codification, de revoir le concept « gros producteurs», d'avoir la liste de ceux-ci et leur localité afin de les mettre dans les différentes régions du pays.

Pour la DAPS, il est recommandé de renseigner les données jusqu'à au niveau département et pour la Direction de l'horticulture de présenter les tableaux conformément au format, de préciser la source des données, la méthode de collecte, Spécifier la rubrique autres.

Pour la DPM, il a été demandé de spécifier dans une note les différentes espèces de poissons recensées et pour la DPV, de préciser les noms commerciaux des produits, de prendre en compte les superficies horticoles traitées.

Durant les travaux, les participants ont enregistré la participation du SE/CNSA et de la DPEE, dont la présence se justifie par le fait que le processus se veut participatif et que tout acteur membre du Système Statistique doit y participer. Le SE.CNSA est une structure transversale qui coordonne l'élaboration du bilan alimentaire, même si elle n'a pas vocation à produire des Statistiques primaires. L'actuel bilan alimentaire dont dispose le SE/CNSA a été présenté lors du premier atelier. C'est le CSA qui gère le côté opérationnel de la Sécurité Alimentaire qui à la charge de collecter les informations et le SE/CNSA utilise les informations des sectoriels pour mettre en place des plans stratégiques et de veille afin d'assurer la sécurité alimentaire des populations.

RAPPEL HISTORIQUE Le projet Country stat est un projet financé par la fondation Bill et Melinda Gates et exécuté par la FAO : Country STAT est un système intégré pour les statistiques nationales sur l'alimentation et l'agriculture. Le système basé sur FAOSTAT (base de données mondiale sur l'agriculture de la FAO), facilite dans le cadre d'un partenariat, l'harmonisation et la mise en commun des données statistiques provenant des multiples sources. Il utilise la plateforme PC-AXIS mis au point par les pays nordiques et utilisé par une cinquantaine de pays développés et en développement. Ce système permet une large diffusion des données statistiques de bonne qualité, facilement accessible sur portail web, afin de fournir une aide à la décision basée sur les faits. 17 pays d'Afrique Subsaharienne sont concernés par le projet (Tanzanie, l'Angola, le Mozambique, le Bouthan, le Rwanda, l'Ethiopie, le Kenya, le Mali, le Sénégal, le Cameroun, le Benin, la Côte d'ivoire, l'Ouganda, le Malawi, le Ghana, la Zambie et le Nigeria) Le projet met l'accent sur le renforcement des capacités et l'appropriation du système par les nationaux afin d'assurer la pérennisation des résultats à long terme. Pour l'opérationnalisation du projet, chaque pays devra collecter les données statistiques provenant de diverses sources et les valider pour les mettre en ligne à la disposition du grand public Le Sénégal a organisé un premier atelier de comité technique et a collecté des données au niveau national pour toutes les composantes de l'arborescence a savoir la production, le commerce, la foresterie, les pesticides, les engrais, la valeur ajoutée, les prix, les machines, la ter